Rupture de communication

Rupture de communication

YUGZ

Trois ans après avoir présenté l’exposition Le plein dit le pauvre à la TOHU, l’artiste peintre originaire de l’Outaouais YUGZ, aussi engagé que prolifique, revient entre les mêmes murs avec un nouveau questionnement. Cette fois, le grand public pourra découvrir une vingtaine de créations qui font écho aux effets ressentis par les individus exposés aux surdoses médiatiques. Loin des médias, des gadgets et de toutes formes d’interférence avec le réel, il est parti à la recherche de matériaux bruts, comme des roches et des branches de palmier, ainsi que des objets recyclés.

Ses objectifs : retourner à l’essentiel, s’extirper du cercle vicieux de l’immédiat, ne plus participer au cycle de renouveau perpétuel et s’éloigner de toute matière imaginée pour contrôler ses gestes ou sa pensée. Par désir de cohérence, le créateur, droitier depuis l’enfance, a commencé à dessiner et à peindre de la main gauche. Une façon pour lui de sortir de sa zone, de ses habitudes.

Quiconque a déjà fréquenté son travail reconnaîtra sa signature singulière, qui amalgame à la fois le dessin d’enfant, l’art de rue, les empâtements, les gommages, les coulures (drippings) et même la cadence haletante qu’on associe à certaines compositions jazz. Son geste est franc. Son art est spontané. Ses sujets sont graves. Mais ses créations évoquent souvent une étonnante candeur.

26 août : Activité de Landart avec l’artiste lors de l’inauguration du parc Frédéric-Back 30 septembre : Dans le cadre des journées de la culture, D-Vernissage avec une création en direct de 10 h à 16 h.