Une chambre de verre

Nord Nord Est

LA NOUVELLE CRÉATION D’UNE BRILLANTE COMPAGNIE DE LA SCÈNE QUÉBÉCOISE ÉMERGENTE.

Sur scène, une mystérieuse structure est suspendue telle une île flottant entre ciel et terre. L’interprète Valérie Doucet s’y mesure, à la fois immense et vulnérable, dans une succession de paysages scéniques fascinants où se déploie l’énergie brute du corps poussé à ses extrêmes limites. Comment capter ces instants précieux de liberté et de dénuement, où le corps sans défense se trouve mené dans ses derniers retranchements ?
Une ode à la puissance de la vie, à sa précarité et à sa démesure, portée par une artiste de cirque d’exception.

Créé notamment dans le cadre de résidences à la TOHU et au Cirque Éloize, Une chambre de verre s’inscrit dans la démarche de la compagnie de création multidisciplinaire Nord Nord Est. Le metteur en scène Benoit Landry met de l’avant une dramaturgie de climats, alliant avec audace le travail du corps et l’image scénique. Entouré de concepteurs remarquables, dont Alexis Bowles à l’éclairage (Compagnia Finzi Pasca, Cirque Éloize), il signe la musique du spectacle en collaboration avec Colin Gagné (Réversible des 7 Doigts). Équilibriste, contorsionniste et acrobate d’un charisme singulier, Valérie Doucet a travaillé avec des compagnies renommées (Circa, James Thierrée, Cirque Éloize). Avec la complicité de l’acrobate Julius Bitterling, elle livre ici une performance saisissante, à la frontière du cirque, de la danse et du théâtre physique.

Nord Nord est

Nord Nord Est est une compagnie de création multidisciplinaire fondée en 2013 sous la direction artistique de Benoit Landry. Elle réunit, à l’origine des projets qu’elle développe, des praticiens aux techniques diverses, dans le but qu’émergent de ces rencontres des objets scéniques de formes variées, comme autant d’écosystèmes uniques à la frontière des genres.

Le recours à une dramaturgie issue à la fois des corps, des mots, de l’image scénique et du son est un moyen de multiplier les angles par lesquels nous adresser au spectateur et d’utiliser, notamment, celui de ses perceptions sensorielles. Il nous semble, en effet, que les sens peuvent constituer une porte d’entrée intime vers l’émotivité d’une personne, qu’ils permettent à une oeuvre de s’inscrire autrement en elle, à un niveau qui la dépasse, un niveau inconscient. Dans un monde obsédé par le contrôle, cela constitue une prise de position en soi.

Le Voyage d’hiver est la première production de Nord Nord Est. Le spectacle reçoit, dès sa création, un accueil enthousiaste tant de la part du public que de la critique, et attire l’attention par l’originalité et la rigueur de sa démarche. La compagnie poursuit dorénavant cette recherche où s’allient le théâtre, le cirque, les arts visuels et l’installation sonore, mais se tourne également, à travers les nouveaux projets qu’elle développe, vers des médiums tels que l’opéra, la vidéo et la danse. Les formes qu’elle explore touchent aussi bien au spectacle vivant qu’au déambulatoire et à la performance in situ. Chaque projet impose sa propre forme, qui se moule aux questions abordées et aux disciplines employées.

Programmation