Fonds Jacob-William

Depuis août 2003, la TOHU est dépositaire du Fonds Jacob-William, une des plus importantes collections privées consacrées aux arts du cirque. Ce fonds unique a été constitué au cours des trente dernières années par Pascal Jacob et Christian William, deux collectionneurs français passionnés par l'univers circassien.

À ce jour, le lot compte plus de 17 000 documents anciens, modernes et contemporains, tels que programmes de cirque, affiches, estampes, photographies, dessins, tableaux, jouets et bronzes. On y retrouve également 2 500 livres du XVIe siècle à nos jours, conservés au centre de documentation de l'École nationale de cirque.

Au-delà de toute considération esthétique, le Fonds se veut foncièrement documentaire. Privilégiant la diversité, les collectionneurs cherchent à préserver au moins un exemplaire de chaque type de document témoignant de l'histoire du cirque à travers les âges. Ils souhaitent ainsi ancrer le cirque contemporain dans ce qui a contribué à faire sa grandeur au fil des siècles.

EXPOSITION PERMANENTE

Le Fonds Jacob-William est mis en valeur par le biais de l’exposition permanente Quel cirque!, présentée dans les coursives de la TOHU. Avec plus de 80 œuvres couvrant les années 1760 à aujourd’hui, l’exposition qui regroupe une variété d’objets est abordée sous trois thématiques : les animaux, les clowns et les acrobates.

Expositions itinérantes

La TOHU offre plusieurs œuvres dont six expositions du Fonds Jacob-William en itinérance. Faites don de votre lieu un espace complètement cirque...le temps d'une exposition.

ÊTRE CLOWN, C’EST NE JAMAIS FAIRE LE CLOWN

Son ironie cinglante mêlée à une franche bonhommie fait du clown un personnage singulier, capable de faire rires petits et grands tout en conservant une part de mystère parfois inquiétante.

Au-delà de ses formidables capacités à divertir des millions de spectateurs aux quatre coins de la planète, le clown, sous toutes ses facettes, est un aimable prétexte à la mise en œuvre d’une exposition : c’est sans doute la figure de cirque qui a le plus inspiré peintres et illustrateurs. Découvrez de multiples représentations du clown à travers cette exposition, qui présente une vingtaine d’œuvres tirées du fonds Jacob-William : affiches, estampes, dessins et peintures.

VUES CAVALIÈRES

Le Cheval accompagne l'homme depuis des millénaires. Depuis les jeux gallo-romains dans les arènes jusque sous les chapiteaux, le cheval est aussi présent au cirque depuis le début. Cette exposition est entièrement dédiée à cet animal noble.

BÊTES DE CIRQUE

Le catalogue Bêtes de Cirque, comme celui des conquêtes de Don Juan, est interminable : du castor à l'autruche, du chimpanzé au kangourou, de l'antilope à la puce et du crocodile au pélican, tous les animaux ou presque se sont prêtés au grand jeu de l'exhibition et, pour beaucoup d'entre eux, à celui du dressage.

Le IXXe siècle est l'âge d'or de la présentation de bêtes dressées en piste. C'est aussi le temps des accumulations : 70 ours blancs, 100 lions, autant de crocodiles, 50 éléphants, présentés en même temps devant des foules ébahies et conquises. L'Homme se fait plus fort que la Nature, il domine le vivant et règne en majesté sur le monde.

NÉS À NEZ

Le savoir-faire primordial de l'auguste est la maladresse. Le terme « auguste » signifie d'ailleurs « idiot » en argot berlinois et le public en qualifiant d'auguste l'artiste malhabile, ne se doutait sûrement pas de l'impact futur de cette dérision.

Personnage grotesque, l'auguste fait équipe avec un partenaire qui, pour faire contraste avec sa gaucherie, son grimage outrancier et sa tenue mal ajustée, affecte une autorité supérieure et porte des costumes étincelants : c'est le clown blanc. Faisant la part belle aux images, illustrée par des œuvres rares issues de l'imaginaire de photographes et d'affichistes du vingtième siècle, Nés à nez interroge le personnage de l'auguste à travers un art modeste, quotidien et précis.

OURS

L'ours a toujours fait partie des cirques et a toujours accompagné les troubadours lors de leurs démonstrations en pleine rue. L'exposition OURS témoigne de la présence de ces animaux dans le cirque depuis de nombreuses années.

PARADES

Au cirque, tout commence avec une parade. Faire la parade, c'est affirmer que tout est prêt pour le spectacle, un peu comme une manière naïve de conjurer le sort.

En un grand tour de piste, cette exposition propose une exploration de l'histoire de la parade du 18e siècle à nos jours. La parade, qu'elle soit foraine, militaire, tauromachique ou circassienne, offerte sur l'estrade, sur la piste ou dans l'arène, avant le spectacle ou dans la rue, a toujours une fonction libératrice. Dès l'instant qu'elle se déroule, elle affirme la fin des hésitations et assure l'éloignement de la mauvaise fortune.

Programmation