Bâtiment vert

Une architecture en harmonie avec l’environnement


Entrer à la TOHU, c'est pénétrer dans un univers où le souci environnemental imprègne chaque espace, chaque expérience. En effet, le pavillon de la TOHU est vert tant dans son esprit que dans sa forme.

Le pavillon de la TOHU est certifié LEED OR (Leadership in Energy and Environmental Design). Ce programme impose des normes et des critères de respect environnemental des plus sévères, tant lors de la construction que de la gestion d'un immeuble. Les principes et pratiques mis de l'avant ont ainsi permis à la TOHU d'obtenir cette certification, faisant du Pavillon l'un des premiers projets au Canada à atteindre une telle performance au niveau écologique.

Plusieurs technologies et autres éléments écologiques sont intégrés au bâtiment de la TOHU.

Géothermie passive


Pour réguler la température intérieure du Pavillon, la TOHU a recours à la géothermie passive qui consiste à introduire l’air extérieur sous terre, à une profondeur de deux mètres dans un conduit souterrain, puis de le faire pénétrer dans l’édifice. Les puits géothermiques de la TOHU font 60 mètres. Cette distance permet à l’air d’être pré-chauffé ou pré-refroidi d’environ 7 degrés Celsius, selon la saison.


Bac à glace


Solution de rechange aux systèmes de climatisation traditionnels, le bac de glace sert au refroidissement de la salle de spectacle. Cette technologie est visible à travers une section vitrée du plancher du hall d’accueil. Lors d'un spectacle, de l'eau glycolée voyage dans les tuyaux à l'intérieur du bac à glace, transformant ainsi l'eau qu'il contient en glace.

Le bac à glace constitue ainsi une réserve de froid. Peu énergivore, ce processus réduit l'apport énergétique en répartissant la demande sur plusieurs heures. De plus, contrairement aux équipements de refroidissement habituels, les installations de la TOHU utilisent un gaz réfrigérant de type HFC non dommageable pour la couche d'ozone, plutôt que les traditionnels CFC.


Géothermie conventionnelle


En 2007, cinq puits géothermiques ont été creusés sur le site de la TOHU. D’une profondeur de 325 pieds, là où la température se stabilise à l’année entre 9 et 21 degrés Celcius, ces puits permettent la géothermie à très basse énergie. Leur utilisation est fort simple : la température sous terre étant différente de celle à la surface, il s’agit d’extraire la chaleur contenue dans l’eau du sous-sol pour l’utiliser comme chauffage (en hiver) ou, au contraire, injecter la chaleur excédentaire sous le sol pour le rafraîchissement (été). À la TOHU, les puits sont ainsi utilisés pour le chauffage et le rafraîchissement de l’intérieur du bâtiment administratif.



Chauffage au biogaz 


Une des applications du développement durable mises en place au pavillon de la TOHU repose sur une entente conclue avec la société Gazmont. Cette entreprise, voisine de la TOHU, transforme en électricité le biogaz issu du site d'enfouissement du Complexe environnemental de Saint-Michel.

La combustion contrôlée du biogaz fait bouillir de l'eau et la vapeur produite fait tourner une turbine, donnant naissance à l’électricité. La vapeur résiduelle de ce procédé passe dans un échangeur et cède sa chaleur à une boucle d'eau qui vient alimenter les systèmes de chauffage de la TOHU en circulant dans un réseau de conduits intégrés au plancher du bâtiment (plancher radiant / serpentins). Cette forme d'énergie, qui n’émet pas de gaz à effet de serres, permet des économies de 20% à 35% par rapport au coût d'un système de chauffage conventionnel.

Ventilation naturelle / hybride

Ce concept utilise l'effet de cheminée de la salle de spectacle, haute de 23 mètres, pour évacuer l'air chaud. Il consomme 70% moins d'énergie que les systèmes de ventilation traditionnels. L'air de la salle se réchauffe graduellement et, puisque l'air chaud est plus léger que l'air froid, il monte jusqu'à la cheminée d'évacuation située sur le toit de la salle. Lorsque la température extérieure le permet, la TOHU bénéficie ainsi d'un système de ventilation naturelle à très basse vélocité, donc très peu énergivore, pour alimenter la salle de spectacle.


Éléments architecturaux recyclés



Les rampes de la balustrade du grand escalier proviennent des autos tamponneuses de La Ronde. Aussi, des poutres recyclées provenant des usines Angus ont été intégrées à la structure du Pavillon. Les dormants de chemin de fer (CN) ont aussi été nettoyés et décontaminés pour faire l'entrée et la terrasse. Finalement, le revêtement extérieur de la TOHU est fait de fibrociment (ciment et bran de scie). Mis en valeur à la TOHU, ces éléments symbolisent le patrimoine industriel de la métropole.


Toits verts


Depuis 2006, trois surfaces végétales recouvrent la toiture des bureaux du rez-de-chaussée, des toilettes publiques et celle de l’entrée nord de la TOHU.


Le système actuellement utilisé se compose d’un panneau de drainage, d’une membrane anti-racines et d’un mélange de terre, d’engrais et d’autres substances organiques. Les plantes sélectionnées nécessitent un minimum d’entretien. En plus d’absorber et de gérer l’eau de pluie, de telles toitures permettent de réduire les variations de température de même que la charge de climatisation et de chauffage.

Elles contribuent à diminuer les îlots de chaleur en milieu urbain et protègent également la membrane du toit des rayons ultra-violets, augmentant ainsi sa durée de vie.


Bassin naturalisé

Le bassin naturalisé longeant le bâtiment administratif recueille les eaux de pluie provenant des toitures à l'aide d'une membrane géotextile et d'une couche d'argile qui retient l'eau.


Éventuellement, cette eau se dissipe par évaporation ou par percolation dans le sol. Le bassin permet la rétention des eaux pluviales, ce qui évite d'engorger le réseau d'égout pluvial de la Ville de Montréal, tout en alimentant les plantes aquatiques du marais.


Jardins

Le jardin potager de la TOHU, en plus de fournir une grande quantité de légumes biologiques de qualité, constitue un élément de sensibilisation à l’agriculture urbaine. En plus de servir à approvisionner le bistro en été, les légumes du potager peuvent être cueillis par les employés et les visiteurs.


Découvrez les secrets de ce jardin lors de votre prochaine visite en demandant le carnet de la visite autoguidée « Mille jardins à la TOHU » au comptoir d’accueil.

Ruches

Grâce à une collaboration avec Miel Montréal, la TOHU joint les rangs des 45 institutions montréalaises qui hébergent une ruche. Ce projet permettra aux abeilles qui sont présentement une espèce en difficulté dans de nombreuses régions du monde, de polliniser librement sur le Complexe environnemental de Saint-Michel.

Les deux ruches regroupent entre 80 000 et 140 000 abeilles. Lors de votre prochain passage à la TOHU, procurez-vous notre miel en vente au bistro!

Vous pouvez également faire travailler les abeilles de la TOHU en donnant un petit 5$, qui aidera au financement des projets environnementaux et d’animation du Complexe environnemental de Saint-Michel (CESM). Ambitieux projet de réhabilitation environnementale, l’ouverture partielle du deuxième plus grand parc urbain métropolitain est prévue en 2017. Visitez le site buzz.tohu.ca pour faire travailler une abeille et vous inscrire à notre liste d’envoi.

Programmation