Sans titre 51 Sans titre 51

Quartier Saint-Michel

Son histoire, son présent, l’implication de la TOHU

La TOHU est ancrée depuis 2004 au cœur du quartier Saint-Michel, dans le nord-est de Montréal. Découvrez brièvement son histoire et ses spécificités, ses attraits principaux aujourd’hui, et le rôle que joue la TOHU dans le dynamisme économique, social et culturel du quartier.


À VOIR / À FAIRE DANS SAINT-MICHEL

Sports et loisirs : le parc Frédéric-Back est bien entendu la principale destination nature du nord-est de Montréal ; ses pourtours immédiats incluent le Taz, le Stade de soccer de Montréal et le parc Champdoré, rendez-vous des jeunes sportifs du quartier. Le Centre Lasalien propose quant à lui de nombreuses activités récréatives, éducatives et physiques.

Restauration : si le Bistro de la TOHU n’est pas disponible, quelques restaurants se trouvent à proximité sur la rue Jarry Est, incluant le casse-croûte haïtien Chez Millie, la cantine vietnamienne Banh Xeo Minh et le célèbre restaurant de grillades portugaises O Cantinho, véritable lieu de rencontre du quartier. N’oublions non plus Mon Resto Saint-Michel, organisme communautaire incontournable qui jumèle réinsertion en emploi et offre alimentaire à petit prix. Tout le monde y est bienvenu !

Culture : dans le secteur sud, la Bibliothèque de Saint-Michel est l’une des plus importantes du nord-est montréalais. Dans le secteur ouest, la Maison d’Haïti permet de partir à la rencontre de cette communauté indissociable du quartier, tout en offrant une programmation culturelle ouverte à toutes les communautés.

Magasinage : le principal marché aux puces de la métropole est à deux pas du métro Saint-Michel. Plus au sud, le long de la rue Jean-Talon, les cafés et épiceries du Petit Maghreb proposent un voyage immédiat vers l’Afrique du Nord.

BALCONS SAINT MICHEL Foutoukours 0906 BALCONS SAINT MICHEL Foutoukours 0952 BALCONS SAINT MICHEL Foutoukours 0941


LA TOHU DANS SAINT-MICHEL

Loin de n’être qu’une salle de spectacle spécialisée en cirque, la TOHU a voulu, dès son installation, contribuer à faire une différence dans le quartier :

  • Sa politique d’employabilité locale donne la priorité, à compétences égales, aux jeunes du quartier recrutés par code postal pour le Service à la clientèle. Ainsi, lorsque vous visitez la TOHU, ce sont essentiellement des Michelois qui vous accueillent au stationnement, à la billetterie, au bistro et dans la salle. Près de 700 jeunes en ont bénéficié depuis 2004.

  • En collaboration avec la Ville de Montréal, la TOHU offre chaque année 2 000 billets gratuits pour des spectacles tarifés de sa saison de cirque. Elle joue également un rôle informel de maison de la culture complémentaire dans Saint-Michel, en offrant à l’année longue une programmation multidisciplinaire (danse, théâtre, musique, arts visuels) gratuite et destinée prioritairement aux résidents du quartier.

  • Ces activités sont complétées par un dispositif de médiation très actif dans les écoles primaires et secondaires du quartier, ainsi qu’auprès de nombreux organismes communautaires partenaires (aînés, nouveaux arrivants etc.). Ateliers de préparation au spectacle, interventions artistiques hors les murs ou encore des visites éducatives en environnement sont ainsi proposées.

  • La TOHU a également acquis une expertise dans l’organisation ou l’accueil de grands événements populaires et collaboratifs, tels que le Forum de développement économique et le Forum de l’emploi de Saint-Michel, la Fête des Aînés, le grand pique-nique citoyen de la rentrée, etc. Le principal événement reste la FALLA de Saint-Michel, un processus de création collective et de réinsertion en emploi qui culmine par trois jours de festivités à la mi-août, ainsi qu’un embrasement spectaculaire.

  • Pour coordonner ces différentes actions, la TOHU s’est dotée d’un poste d’Agent de liaison quartier et d’un comité quartier rassemblant plusieurs départements dans l’organisation. Elle a également mis sur pied un comité aviseur avec plusieurs organismes et citoyens de Saint-Michel et intervient régulièrement sur les tables de concertation de Vivre Saint-Michel en Santé.

Pour en savoir plus :

En savoir plus sur notre programme d'intégration socioprofessionnelle

UNE BRÈVE HISTOIRE DE SAINT-MICHEL

C’est sous la forme d’une paroisse agricole développée par les Sulpiciens que naît, au début des années 1700, ce qui deviendra Saint-Michel : un premier hameau s’enracine autour de la Côte Saint-Michel (l’actuelle rue Jarry) avec quelques forges et carrières de pierre. Le paysage y reste longtemps rustique et bucolique, inspirant déjà les artistes comme ceux du Groupe des Peintres de la montée Saint- Michel.

Il faut attendre deux siècles et demi et la sortie de la Deuxième guerre mondiale pour que le secteur, toujours largement agricole en 1945, se développe et s’urbanise de façon fulgurante, passant de 6 000 à 68 000 habitants en deux décennies seulement. L’expansion des deux immenses carrières Miron et Francon, dont le calcaire sert à bâtir l’hôpital Ste-Justine, la place Ville-Marie ou le Complexe Desjardins, est source de fierté et d’emploi pour une population ouvrière croissante, à laquelle viennent s’ajouter les premières vagues d’immigration européenne (Italiens, Portugais) et les vétérans de l’Armée. École, églises et hôpitaux se multiplient… et le cinéma arrive !

La construction de l’autoroute métropolitaine en 1959 coupe toutefois la nouvelle Ville en deux, avec un secteur administratif du côté sud, développé autour du parc octogonal qui accueille la station de métro Saint-Michel. Le nord, lui, semble laissé à l’abandon, subissant un développement urbain désordonné et les désagréments d’un secteur trop manufacturier. Les carrières, véritables gouffres béants, occupent 40% du territoire michelois, tandis que de nouvelles vagues d’immigration, originaires des pays du Sud, se succèdent au fil des événements politiques.

En 1968, Saint-Michel est annexée à la Ville de Montréal, dont elle devient un simple quartier. Les dynamitages s’accélèrent dans la carrière Miron à mesure que commence l’enfouissement des déchets. Le mécontentement et la mobilisation citoyenne font leur apparition.

Après deux décennies de luttes, la Ville acquiert les deux carrières en 1984 et planifie l’arrêt progressif de l’enfouissement (effectif en 2000 seulement, avec près de 40 millions de tonnes de déchets au total) et la transformation du site en un vaste parc urbain. La destruction en 1987 des deux cheminées rouges et blanches de la carrière Miron, devant des milliers de curieux, reste un moment fort de l’histoire du quartier.

Au tournant des années 2000, l’arrivée du Cirque du Soleil puis le déploiement complet de la Cité des arts du cirque, donnent un nouveau souffle au quartier. Quant à la carrière Francon, elle sert pour le moment de dépôt à neige et se cherche elle aussi une deuxième vocation.

Aujourd’hui, Saint-Michel reste un quartier disparate, globalement défavorisé quoi que les conditions de vie s’y améliorent constamment. Le taux de chômage reste plus élevé qu’ailleurs à Montréal (13,7% vs 9%), 32,5% des résidents sont sans diplôme (vs 17%) et 40% des familles y sont monoparentales.

Mais Saint-Michel est aussi un quartier irrésistiblement jeune (25% des Michelois ont moins de 20 ans) et multiculturel, avec 49,3% d’immigrants et 62 communautés culturelles. Moins de 40% des résidents ont le français pour langue maternelle : vous avez autant de chance d’y entendre parler le créole haïtien, l’espagnol, l’arabe ou le vietnamien. Un parfait exemple de vivre-ensemble et de dialogue interculturel, que vous retrouverez dans les commerces, les restaurants… et jusqu’à la TOHU !

2345, rue Jarry Est,
Montréal (Québec) H1Z 4P3